On voyage au bout du monde - LE NORTHLAND

L’Histoire de la Nouvelle-Zélande commence à Bay of Islands dans le Northland où les premiers Maoris arrivèrent et surnommèrent l’île Aotearoa, le pays du long nuage blanc.

Le Northland est la région la plus au nord de la Nouvelle-Zélande. Sa Bay of Islands comprend 144 îles, elle possède des côtes spectaculaires, des réserves marines, des forêts de kauri et un océan et une mer qui se rejoignent . Le tout faisant du Northland une destination inoubliable. 

Découvrez nos pépites de cette région surnommée Winterless North (le nord sans hiver) en raison de son climat merveilleusement doux.

Le Northland - Te Tai Tokerau

Taitokerau Northland est l’endroit où l’histoire d’Aotearoa en Nouvelle-Zélande a commencé il y a plus de mille ans quand l’explorateur Kupe a débarqué sur les rives de Taitokerau Northland et a nommé cet endroit Aotearoa. 

D’après les légendes Māoris, la partie la plus au nord de la Nouvelle-Zélande est un énorme poisson qui fut à l’époque attrapé par Maui. Le Northland « Te Tai Tokerau » signifiant  « La queue de poisson ».

Les endroits incontournables

Whangarei

Whangārei est la ville néo-zélandaise située le plus au nord, ainsi que la capitale de la région du Northland. Nous avons sélectionné nos  5 incontournables. Découvrir Whangarei 

Parua Bay

Parua Bay est une localité et une baie au nord du port de Whangarei. Nous y avons vécu un peu plus de deux semaines pour effectuer notre Dog Sitting. 

Petit village de moins de 2000 habitants, pour les grosses courses, il faut se rendre dans la ville principale de Whangarei située à une dizaine de kilomètres. Les chiens ont adoré nos promenades sur les nombreuses plages de la ville, toujours accompagnées d’un arc-en-ciel.

Ocean Beach

Au bout de la péninsule de Whangārei Heads, Ocean Beach est une plage populaire prisée des surfeurs et des familles. Les vagues sont magnifiques et les dunes de sable spectaculaires. Généralement, on peut apercevoir des dauphins mais ce ne fut malheureusement pas notre cas. 

Nous avons entamé la randonnée Te Whara Track, une piste qui grimpe à travers la forêt côtière pour découvrir, au sommet, un panorama spectaculaire à 360 degrés.

Plusieurs sentiers sont ouverts mais, par temps de pluie, c’est impraticable et dangereux. Nous avons été obligés de faire demi-tour à mi-parcours, car nous ne pouvions plus avancer. Heureusement, durant cette randonnée, nous avons profité de l’incroyable vue sur l’océan et la plage. 

  • Ad. Ocean Beach, 374 Ocean Beach Road, Ocean beach, Whangārei Heads 0174

Kauri Beach

Un peu plus au nord, la plage Kauri Mountain Beach, longue de 5 km, est isolée et sauvage. L’endroit idéal pour marcher, faire son jogging ou promener nos adorables compagnons à quatre pattes. 

Diapositive précédente
Diapositive suivante

Kerikeri

Centre culturel de la Bay of Islands, la ville de Kerikeri est entourée de vergers, de vignobles et de galeries d’art. Petite station balnéaire sympathique, elle offre des vues spectaculaires sur le Pacifique. 

La ville est considérée comme la plus ancienne colonie européenne du pays. On peut découvrir cette partie de l’histoire dans les sites touristiques comme le musée du patrimoine Stone Store & Kemp House (Kerikeri Mission Station). Le Stone Store est le plus ancien bâtiment en pierre de Nouvelle-Zélande, construit en 1836. 

Waitangi :

Non loin de Kerikeri, la ville de Waitangi a joué un rôle important dans l’histoire du pays  puisque c’est à cet endroit que fut signé, le 6 février 1840, le traité de Waitangi qui était censé être un partenariat entre les Maoris et la Couronne britannique.

Les Maoris se sont vu promettre la possession de leurs terres, forêts et pêcheries aussi longtemps qu’ils le souhaitaient. Les termes ont été enfreints presque dès sa signature. Ce traité marque la reconnaissance par les maoris de la souveraineté de la Grande-Bretagne sur leurs îles.

Kauri Walk

Bien que la majorité des forêts de Kauris fut détruite au XIXème siècle, dans certains endroits du Northland, on trouve encore d’anciennes forêts protégées comme à Kerikeri. 

Le kauri est un arbre endémique des forêts naturelles de l’Île du Nord qui peut atteindre 50 mètres de haut et vivre plus de 2 000 ans. Ces arbres sont sacrés pour les Māoris. Ils considèrent la santé des arbres comme un indicateur de leur propre bien-être.

Le sentier en boucle de 500 mètres permet de se promener parmi ces arbres gigantesques. Ad. Manginangina Kauri Walk Ōkaihau 0295

Wairere Waterfalls

Attention, sur le GPS. vous devez indiquer 47 Kerikeri Inlet Road où se trouvent 2 ou 3 places de parkings.

La cascade mesure 17 mètres de haut, le canal et la cascade on été creusés dans une coulée de lave basaltique provenant d’écoulements de lave du champs volcanique de Kaikohe-Bay.

Avec les années, un abaissement rapide c’est produit, exposant le bord et créant la chute et son amphithéâtre. Lors des inondations, les roches transportées ont formées une rive deltaïque sur laquelle nous pouvons nous tenir aujourd’hui. 

  • Ad. 47 Kerikeri Inlet Road

Matapouri

En reprenant la route, en direction du nord pour rejoindre Matapouri, on aperçoit sur la côte, une succession de plages paradisiaques de sable blanc. On décide alors d’explorer la plage de Whale Bay Beach par un sentier pas très long puisqu’il faut compter une dizaine de minutes pour la rejoindre.

Diapositive précédente
Diapositive suivante

Sur la plage, on est seul au monde. Le sable est chaud, l’océan à perte de vue, c’est vraiment magnifique. 

  • Ad. Whale Bay Walk Parking, 1070 Matapouri Road , Matapōuri 0173

Matauri Bay

Sur la route de Matauri Bay, nous décidons d’aller au Mémorial du Rainbow Warrior situé sur les falaises au-dessus de la baie de Matauri.  

C’est dans la baie face aux Cavalli Islands que le Rainbow Warrior a trouvé son dernier sanctuaire à environ 6 kilomètres des côtes. Il repose entre 15 et 26 mètres de profondeur.

Le mémorial est constitué d’une sculpture, réalisée par Chris Booth, un sculpteur de la région. Il l’a créé avec des pierres de basalte récupérées non loin du lieu où repose le Rainbow Warrior. Au centre de l’arche de 10 mètres, se trouve l’une des hélices du navire.

Pour accéder au site, nous nous garons sur le parking du camping puis à l’accueil, nous signons une décharge en indiquant nos noms et l’heure d’arrivée (au retour, il faudra indiquer l’heure de départ). Sur le chemin du mémorial, toutes les dix minutes, nous sommes en admiration face aux nuances de bleu de l’océan et prenons des photos.  Au pied du Mémorial du Rainbow Warrior, c’est la minute culture française. 

L’histoire du Rainbow Warrior

Ce nom, ne vous évoque peut être pas grand chose ? De son nom d’origine Sir William Hardy, le chalutier britannique fut racheté en 1978 par l’organisation écologiste Greenpeace. Ce fut le tout premier ! Il fallu plus de trois mois et plusieurs groupes de bénévoles dévoués pour restaurer le navire. 

Quelques mois plus tard, le Rainbow Warrior part en mer pour sa première expédition, son objectif stopper la chasse à la baleine. Dans les années qui suivent, le bateau fait campagne pour une multitude de crimes, notamment pour lutter contre le déversement des déchets nucléaires dans les eaux. 

Dans les années 1980, la France réalise de nombreux essais nucléaires dans les eaux du Pacifique et particulièrement en Polynésie française. En 1985, le bateau navigue vers les îles Marshall pour évacuer la population de l’atoll de Rongelap qui avait été contaminé par les retombées de essaies atomiques américains. 320 personnes sont sauvées, ils présentent de nombreux cancers, malformations congénitales,  les femmes subissent de nombreuses fausses couches. Une fois l’évacuation terminée, le Rainbow se dirige vers la Nouvelle-Zélande et accoste dans la ville d’Auckland. 

En mars 1985, le Rainbow Warrior, est amarré à Auckland. Des militants préparent une action importante pour empêcher ou gêner les essais nucléaires français en Polynésie. Le ministre de la défense, Charles Hernu, ordonne aux services secrets de faire sauter le navire avant qu’il ne quitte le port d’Auckland pour empêcher Greenpeace de perturber les essais, 

Le 10 juillet 1985, dans la nuit, une première bombe, destinée à faire fuir les passagers, explose. La seconde, plus puissante, tuera le photographe Fernando Perreira et coulera le navire au fond des eaux.

Les enregistrements vidéo des caméras installées dans le port montrent un couple de touristes, les Turenge possédant des passeports suisses, en train de charger deux grands sacs dans une camionnette la nuit de l’explosion. Quelques heures plus tard, on découvre qu’ils appartiennent à la DGSE et dépendent donc directement du ministère français de la Défense. 

Dans un premier temps, le gouvernement français nie la situation et se dédouane de toutes responsabilités. Finalement, quelques semaines plus tard, le premier Ministre Laurent Fabius fait une apparition à la télévision et déclare que les services secrets français on bien coulé le bateau. Le ministre démissionne quelques jours après son élocution.  

Le président néo-zélandais a déclaré : “Si les services de renseignement français sont impliqués dans l’attaque du Rainbow Worrior, cela signifie que les principes du droit international ont été violés. Nous allons déposer une plainte contre le gouvernement français. La Nouvelle-Zélande peut considérer cette affaire comme un acte de guerre.”

La France sera condamnée à verser une compensation à la Nouvelle-Zélande, à indemniser la famille du photographe et l’ONG Greenpeace.

Diapositive précédente
Diapositive suivante
  • Ad. 1727 Matauri Bay Road, Matauri Bay 0478

En quittant le camping, on découvre l’immense plage de sable blanc de Matauri Bay. L’eau est transparente, on courre se tremper les pieds au milieu de petits poissons.

Cape Reinga

Nous reprenons la route direction Cape Reinga. Une seule route mène au phare, il est donc  impossible de le manquer. 

Cape Reinga est une terre sacrée importante aux yeux des Māoris. D’après les légendes, c’est le lieu emprunté par les esprits des morts pour regagner l’au-delà, appelé Hawaiki. Le nom du cap provient du Māori signifiant « Le lieu du grand saut de départ des esprits ». 

Le phare de Cap Reinga : Du parking, nous passons sous un pont pour rejoindre le sentier qui mène au phare. Grande claque ! le paysage est grandiose avec une vue imprenable sur Te Werahi Beach, une immense plage de sable fin. La côte, les vagues, le Cap, c’est juste magique ! Dès notre arrivée, nous avons la chance d’apercevoir un arc-en-ciel qui sublime encore plus ce paysage.

De nombreuses randonnées partent du cap, malheureusement, le cyclone Gabriel a causé de nombreux dégâts et plusieurs d’entre eux sont fermés. Dommage, ce sera pour une prochaine fois. Nous continuons la balade sur le chemin principal, afin d’apercevoir le phare. 

Le Phare a été mis en service en mai 1941, il fut le dernier phare habité à être construit en Nouvelle Zélande. La lampe électrique de 1000W pouvait être vue à plus de 26 milles marins soit 48 km.  À l’époque, alimenté par un générateur diesel, il fut remplacé dans les années 2000 par des batteries alimentées par des panneaux solaires. Cela représente environ 50W et la lumière est visible à 35 km. On peut voir les panneaux solaires sur la face du phare. 

Entièrement automatisé en 1987, il est dorénavant surveillé et géré depuis une salle de contrôle de la Maritime New Zealand à Wellington. 

 

Au pied du phare, un panneau récapitule les distances avec les principales villes comme Vancouver, Tokyo, etc. Quand on lit les distances, on prend conscience que la Nouvelle-Zélande est isolée à l’autre bout du monde. 

Nous passons un long moment à admirer la vue et à observer la mer de Tasman colorée bleu/vert qui rencontre l’océan Pacifique teinté bleu/gris. Ce phénomène crée d’énormes vagues qui peuvent atteindre 10 mètres de haut. 

Diapositive précédente
Diapositive suivante

Giant Te Paki Sand Dunes

En rebroussant chemin, nous décidons d’explorer les dunes de sable de Giant Te Paki. Nous garons la voiture sur le parking gratuit où se trouve un énorme camion qui loue des planches de bodyboard. Dévaler les dunes sur une planche, c’est l’activité phare de la région. La location coûte environ 10 -15 dollars. 

Après la traversée d’un petit cours d’eau, c’est le début de l’ascension. Les dunes peuvent atteindre 140 mètres de haut. Curieusement, après avoir monté la Dune du Pilat en France, celle-ci nous semble plutôt facile. Les dunes sont très longues mais, le dénivelé reste peu élevé. C’est un plaisir de se balader dans les dunes. On piquenique les pieds dans le sable face aux courbes dorées et à l’océan. 

Diapositive précédente
Diapositive suivante

La beauté sauvage du Northland est envoûtante, la tranquillité des lieux et les paysages à couper le souffle. On vous conseille vraiment d’y faire un tour, ce serait dommage de louper ça. 

BENJAMIN & CLARA

Couple de voyageurs en tour du monde
on te partage nos voyages et conseils

INSTAGRAM
ABONNE TOI
Le PVT

Retrouve les démarches, conditions et informations nécessaires pour obtenir ton PVT/WHV

Nouvelle-Zélande

Canada

ARTICLES SIMILAIRES :

5/5
0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Translate »
Pinterest
fb-share-icon
LinkedIn
Share
Instagram