LA TRAVERSÉE DU CANADA - ROAD TRIP D'EST EN OUEST

Chaque année, des milliers de personnes traversent le Canada d’est en ouest ou inversement. Après avoir vécu 9 mois au Québec, à nous le road trip à travers le Canada ! 

Si vous nous découvrez, nous sommes en PVT au Canada pour deux ans. Nous avons prévu de vivre une année au Québec et une seconde année en Colombie Britannique. Pour ce road trip, nous avons aménagé notre Chevrolet Malibu de 2011 « Titine » afin d’y dormir, et avons parcouru ensemble plus de 8000 kilomètres. 

Sous la forme d’un carnet de voyage, on vous raconte comment et par où nous avons effectué cette incroyable traversée.

Retrouve sur notre chaine YouTube un ensemble de vidéos concernant notre road trip au Canada d’est en ouest ! 

SE PRÉPARER À LA TRAVERSÉE

Partir à l’autre bout du continent ne s’improvise pas. Il a fallu organiser un minimum notre départ. Quoi prendre ? Comment aménager la voiture ? Vous pouvez pour cela consulter notre article dédié à la préparation ici ! 

NOTRE ITINÉRAIRE

Nous avons choisi de traverser le Canada d’est en ouest en partant de Sutton, notre dernier lieu d’habitation. Afin d’être au bout du bout, nous débutons ce road trip en nous dirigeant vers la Gaspésie. C’est à partir de là que nous prendrons la route vers les grandes villes du Québec et de l’Ontario. 

Après plusieurs semaines, on rejoindra les plaines avant de traverser les deux dernières provinces, l’Alberta et la Colombie Britannique. Même si l’itinéraire est défini, nous sommes conscients qu’il sera sujet à des modifications en fonction de la météo et de l’accessibilité de certaines attractions. 

LE BAS SAINT-LAURENT ET LA GASPÉSIE

JOUR 1 - De Sutton à la Rivière-du-Loup (447 km) - le 30 septembre 2022

Benjamin a travaillé toute la nuit à la mairie de Sutton, je prends donc le premier quart de conduite. Il y a moins d’un an, je passais le permis de conduire. Ce voyage est un peu mon baptême du volant. 

Depuis Sutton, nous roulons environ 5 heures pour rejoindre notre première étape, la Rivière-du-Loup que nous parcourons un peu avant de nous diriger vers le Parc des Chutes. Durant l’été indien, c’est magique de se balader dans les sentiers et admirer la chute d’eau. 

Pour découvrir en détails les incontournables en Gaspésie

Après cette balade, direction le Parc de la Pointe qui longe la pointe de Rivière-du-Loup et offre un accès privilégié au fleuve Saint-Laurent. C’est l’endroit parfait pour observer le coucher du soleil. 

Qui dit premier arrêt dit premier dodo. Puisque nous dormons dans la voiture, il nous faut trouver un emplacement pour la nuit. Pour tous nos arrêts en camping sauvage, nous utilisons l’application I’Overlander.

On a trouvé un arrêt, sur une route de campagne, près du traversier. On s’installe pour la nuit ce qui revient à déplacer tout ce qui est dans le coffre vers l’avant du véhicule. On couvre les vitres avec des pare-soleils, et pour couper le froid, l’aluminium est notre meilleur ami. Première nuit réussie ! Nous sommes contents de cette première expérience.

JOUR 2 - Rimouski et le Canyon des Portes de l'Enfer (167 km)

Départ au lever du soleil. Après un bref arrêt au MacDo pour boire un café et recharger nos différentes batteries, nous prenons la direction de Rimouski. En deux heures, nous arrivons à l’accueil du Canyon des Portes de l’Enfer. 

Durant quatre heures, nous arpentons les sentiers et découvrons une vue imprenable sur la passerelle suspendue et le canyon. Des souvenirs plein la tête, on embarque dans Titine pour rejoindre notre spot dodo à Rimouski sur le site maritime de la Pointe-au-Père. 

On installe la voiture puis décidons de découvrir deux attractions, le phare de Pointe-au-Père qui offre une vue panoramique du fleuve et le sous-marin NCSM Onondaga où nous découvrons la vie des 70 hommes à bord de ce mastodonte de 90 m de long qui a sillonné l’Atlantique nord de 1967 à 2000.

JOUR 3 - Bref passage à Matane et Saint-Anne-des-Monts (181 km)

Pour ce troisième jour sur les routes canadiennes, on part, sous la pluie, direction Matane. A l’arrivée, on constate qu’il n’y a pas grand-chose à faire et décidons de continuer la route jusqu’à Sainte-Anne-des-Monts. Ereintés par la route, on cherche rapidement notre point dodo. 

On découvre le Parc de la paix avec ses 140 km de sentiers qui invitent à la découverte de panoramas époustouflants. Un super endroit situé en bord de mer. Le site dispose d’une toilette alors, on en profite pour se laver avec notre superbe douche portative, et pour se poser tranquillement pour manger un repas bien chaud. 

Le soir, on va voir le tank qui rend hommage aux combattants canadiens partis en guerre en Afghanistan.

Et profitons d’un incroyable coucher de soleil. C’est l’occasion pour Benjamin de faire voler Drony.

JOUR 4 - Direction Gaspé (206 km)

Sur le chemin, nous empruntons les fameuses routes sinueuses 138 et 197. Titine peine dans les montées. Nous sommes impressionnés par le paysage carte postale que nous traversons. Lacs, forêt aux couleurs de l’automne avec son reflet dans l’eau le long de la berge du Saint-Laurent. 

Pour les trois prochaines nuits, nous avons réservé un hôtel. C’est la fête. Avant de le rejoindre, nous faisons une halte près du Rocher à la tête d’Indien. La légende raconte que des hommes blancs, venus d’Europe, auraient aperçu une jeune femme autochtone jouer avec des enfants. Fascinés, ils l’ont capturée et emmenée dans leur pays. Le rocher représente bien le visage triste, dont le regard est rivé à la falaise, de son amoureux qui attend inlassablement son retour, résolu dans son chagrin à tourner le dos à la mer tant que celle-ci ne lui ramènera pas sa bien-aimée 

JOUR 5 - Le Géopark de Percé (29 km)

L’hôtel Le Nordet permet de prendre le petit déjeuner avec vue sur l’eau. Grandiose ! On profite d’une très longue douche chaude. Que cal fait du bien ! Pour 3 nuits nous avons payé 285$. Si vous êtes intéressés, voici le lien de l’hôtel (Le weekend le spa est ouvert à la clientèle) : https://nordet.ca/ 

Après un petit déjeuner copieux, nous prenons la direction du Géopark de Percé. 

Les Géoparcs mondiaux UNESCO sont des zones géographiques uniques et unifiées où des sites et des paysages d’importance géologique internationale sont gérés selon un concept holistique de protection, d’éducation et de développement durable. 

Le Géoparc de Percé offre plusieurs activités aux amateurs de randonnées. Avec l’option payante, un guide nous accompagne pour explorer 500 millions d’années d’Histoire de la Terre mais, nous préférons être libres de nos mouvements puisque l’accès aux sentiers est gratuit. Il faut compter environ 2 heures de balade, et découvrir le Rocher Percé sous différents angles.

JOUR 6 - Le Parc National de Forillon (60 km)

Le parc est situé à 1 heure de la ville de Gaspé. Nous empruntons l’entrée sud du parc et payons nos billets 6,25 $ par personne (hors saison). 

Le Parc national Forillon propose une grande diversité de sentiers, répertoriés par niveau de difficulté et par nombre de kilomètres. Nous avons opté pour deux randonnées, celle de la Chute (1 km soit environ 20 minutes) et celle des Graves (6,4 km aller-retour qui se fait en 2h avec un dénivelé de 60 mètres).

JOUR 7 - Le Rocher Percé (29 km)

Impossible de quitter la Gaspésie sans nous rendre au Rocher Percé, véritable symbole de la région. Nous y sommes allés à deux reprises, en journée pour admirer la beauté de la roche et en soirée pour admirer le coucher du soleil. On a pris de chouettes photos.

JOUR 8 - Notre retour sur Rimouski (426 km)

Nous rebroussons chemin en direction de Rimouski. Durant les cinq heures de trajet, on a la chance d’observer dans l’eau de nombreuses otaries. Plusieurs arrêts seront nécessaires pour immortaliser ces moments.

Nous avions adoré le spot sur le quai de la Pointe-au-Père, nous y retournons pour une nuit supplémentaire. A nouveau, le coucher de soleil est au rendez-vous.

gaspé

JOUR 9 - On change de plan (428 km)

Initialement, nous devions prendre la route en direction du parc du Bic mais, il pleut des cordes. On distingue à peine la route entre averses et brouillard. Nous changeons nos plans et décidons de nous rapprocher de la ville de Trois-Rivières. Après plus de 4 heures, on arrive à notre spot dodo du soir situé au coeur d’un parc. Cette nuit, Ben aura eu très froid, ce qui est rare chez lui ! 

MONTRÉAL, LE PARC DE LA MAURICIE ET OMÉGA

JOUR 10 - Visite du Parc National de la Maurice (54 km)

La journée débute par un petit déjeuner au McDo pour recharger à fond nos caméras avant de prendre la route vers le Parc national de la Mauricie (environ 1 heure de route). 

En arrivant, on achète le pass pour les parcs nationaux (145 $). La personne chargée de l’accueil n’est pas super agréable. Elle nous livre peu d’informations ce qui est dérangeant au vu de la grandeur du parc. Nous récupérons une carte et optons pour la randonnée du Lac Edouard. 

Jamais nous n’avons été aussi déçus par une randonnée. Elle devait durer 2h aller-retour et longer des lacs sublimes. On s’est arrêté en cours de route après plus de 3 heures de marche alors que nous n’étions même pas à la moitié du parcours. Nous rebroussons chemin. Le retour est long.

Ne désirant pas rester sur une impression négative, nous reprenons la voiture pour nous arrêter à tous les points de vue du parc accessibles par la route. Nous découvrons des paysages incroyables et observons le lac Wapizagonke. 

Le seul point négatif sera l’attroupement des visiteurs qui, agglutinés pour prendre des photos, ne font pas attention aux autres.

JOUR 11 - Trois-Rivières (54 km)

La route nous mène à Trois-Rivières (50 minutes de trajet). Après un tour de la ville, Benjamin décide de me montrer l’université où il a étudié durant plusieurs mois en 2017.

JOUR 12 - Notre arrivée à Montréal (139 km)

Ce matin, 11 octobre, nous sommes frigorifiés. La fraîcheur de l’hiver est bien là et annonce une saison qui risque d’être encore très froide cette année. 

On réserve un Airbnb pour les trois prochains jours car, très peu d’endroits sont dispos pour faire du camping dans Montréal. Nous ne voulons pas prendre de risque avec toutes nos affaires. 

Notre Airbnb revient à 268 $, il est situé dans le quartier Sainte-Marie. C’est agréable de ne pas déménager nos affaires ce soir. On profite de l’appartement pour prendre une douche, faire des machines de linge et Benjamin s’installe devant l’écran géant de la télé pour jouer à la PS5. Le reste de la journée, on reste tranquille et on commande à manger. 

JOUR 13 - 40 000 pas pour visiter Montréal (34 km à pied)

Départ très tôt pour profiter pleinement de la journée. Au programme, visiter un maximum d’endroits à pied et retrouver mes amis dans l’après-midi au Jardin Botanique. 

On débute la balade en rejoignant le Parc Jean Drapeau. La traversée du pont est un peu compliquée car Benjamin fait une crise d’angoisse liée à sa peur du vide.

Durant plus d’une heure, nous parcourons le parc et découvrons la biophère qui est un musée « vivant » situé dans l’ancien Vélodrome de Montréal. Il a été construit pour les Jeux olympiques d’été de 1976. La conversion en musée « vivant » a été terminée en 1992 pour le 350e anniversaire de Montréal. 

La balade se poursuit en direction du Vieux-Port de Montréal où les marins s’affairent sur les bateaux. Situé sur la berge nord du fleuve Saint-Laurent, le Vieux-Port s’étend sur plus de deux kilomètres au sud du Vieux-Montréal. On a l’impression d’être dans un film avec les bâtiments abandonnés aux vitres cassées. 

Nous mangeons un bout en terrasse près de l’exposition sur les Dinosaures et entamons la traversée du Vieux-Montréal. Nous prenons la direction de la grande roue située au bord du fleuve Saint-Laurent. Les décorations d’Halloween, les couleurs offrent un spectacle vraiment chouette. On longe la baie jusqu’à l’Horloge puis nous rejoignons mes amis français, Mélanie et Thibaud. 

A l’accueil du Jardin Botanique, nous récupérerons nos billets pour la visite du jardin en journée et du spectacle illuminé en soirée (44$ pour deux). Tous les quatre sommes émerveillés par le Jardin Botanique de Montréal qui possède plus de 22 000 espèces de plantes, 10 serres d’exposition et une vingtaine de jardins thématiques, des pavillons japonais, chinois, …, 

En fin de journée, Céline nous rejoint et nous recommençons le tour en suivant le parcours interactif. Plusieurs spectacles de lumières sont projetés dans le parc. C’est féerique, cela nous rappelle Foresta Lumina. 

Vers 23h, nous décidons de déguster une poutine au restaurant préféré des français, la Banquise. La Poutine est un mets d’origine québécoise traditionnellement constitué de frites et de fromage en grains que l’on recouvre d’une sauce brune. Certains sont prêts à attendre des heures avant d’être servi. On a de la chance, ce soir c’est rapide. La Banquise est ouverte H24, 7j/7. Le restaurant offre un choix énorme de poutine, classique, savoyarde, à l’italienne … Il y en a pour tous les goûts. 

Aujourd’hui, nous avons marché plus de 30 km et 40 000 pas. Nous allons bien dormir. 

JOUR 14 - Bye Bye Montréal - Hello Hawsburry (100 km)

Après ce court séjour, nous quittons Montréal en direction de Hawksburry. En arrivant à notre arrêt dodo, on s’amuse à observer les nombreuses gooses et mouettes près du lac. 

JOUR 15 - La capitale du Canada, Ottawa (95 km)

Une journée sous la pluie ! Nous devions visiter le Parc Oméga mais avec la pluie nous décidons de changer de programme. On visitera Ottawa, la capitale du Canada. 

Après avoir trouvé un parking payant souterrain (12 $). On se balade trois bonnes heures dans divers quartiers. On commence par Parliament Hill où nous admirons l’architecture néogothique des bâtiments puis, on poursuit la balade dans le quartier des affaires. On prend de la hauteur avec les buildings. 

JOUR 16 - Le Parc Oméga - Hello Hawsburry (100 km)

Le Parc ouvre ses portes à 10 h. En plus de nos tickets d’entrée (44 $ pour deux adultes), on nous remet un écrit à accrocher à la voiture avec les règles du parc ainsi qu’une carte du site. On s’arrête au centre pour acheter des carottes (4 $ le paquet). Petit conseil, il vaut mieux les acheter en magasin, cela coûtera moins cher et il y en aura plus ! 

La seule règle à respecter est de ne pas sortir du véhicule sauf si c’est indiqué et surtout ne pas toucher les cerfs qui sont en période de reproduction donc, dangereux. 

Durant plus de 5 heures, on observe des loups, biches, porcelets … Beaucoup viennent réclamer une carotte à la vitre. Ils sont habitués et c’est pour nous une occasion de les caresser. C’est une expérience incroyable, les photos sont parlantes. 

On termine la visite aux alentours de 17 h et décidons de reprendre la route. À l’origine, on devait s’arrêter dans les environs mais, les deux spots ne nous inspirent pas. Sur chacun d’eux sont présentes de nombreuses voitures avec des dealers. Nous décidons donc de poursuivre la route pour nous rapprocher des chutes du Niagara. 

C’est parti pour 9 heures de route et nous quittons définitivement le Québec. Bienvenue en Ontario. 

JOUR 17 - Les Chutes du Niagara (661 km)

Lever aux aurores, il nous reste encore quelques kilomètres pour atteindre Niagara. Après trois heures de route sous la pluie, on récupère notre Airbnb situé dans le sous-sol d’une maison. Une douche et nous partons à la découverte des Chutes du Niagara. 

On se gare sur l’un des nombreux parkings extérieurs payants à la journée (Entre 10 et 20 $, le nôtre nous coûte 14 $). On admire la Tour Skylon avec ses ascenseurs jaunes puis on rejoint les chutes qui sont un ensemble de trois chutes d’eau (Chutes Américaines, Chutes Canadienne et Voile de la Mariée) situées sur la rivière Niagara reliant le lac Erié au lac Ontario à la frontière entre le Canada et les Etats-Unis. 

Les Chutes américaines (American Falls) sont impressionnantes et nous avons la chance d’avoir plusieurs arcs-en-ciel pour les photos. Le quai grouille de monde. A certains endroits, il est impossible de circuler. Certains embarquent pour la balade en bateau ou la tyrolienne. 

On poursuit le chemin pour observer les Chutes du Fer à Cheval (Horseshoe Falls) ou « chutes canadiennes ». Le bruit est impressionnant, le débit d’eau, il faut le voir et l’entendre pour le croire. 

On décide de continuer afin d’admirer le bateau échoué connu sous le nom de Iron Scow. Une tempête a déplacé la barge coincée en haut des chutes Niagara depuis 101 ans. L’Iron Scow est très rouillé, seul le côté qui fait face au Canada est resté intact. 

En soirée, on visite le village de Niagara qui est une sorte de mini Las Vegas, illuminé par les lumières des magasins et des restaurants. On retourne aux chutes pour les voir de nuit. Je n’ai pas de photo, car la qualité des prises de vue de nuit de mon appareil, ce n’est pas ça. Nous avons préféré le spectacle en journée. 

JOUR 18 - La Pointe aux barils (388 km)

Nous quittons notre Airbnb puis reprenons notre chemin. Aujourd’hui un peu plus de 4 h de route nous attendent. A savoir, avec la circulation dans Toronto, on a mis plus de 2h à sortir de la ville. 

JOUR 19 et 20 - Deux jours sur la route, 14 h de trajet (1136 km)

Durant ces deux journées, on a enchaîné 14 h de route au total. On a dormi à Naiscott puis à Horsebay près d’une plage. Il pleut encore averse, le vent souffle à plus de 35 km/h, la voiture tremble. Dans les alentours, 20 cm de neige sont tombés cette nuit. On est passé par la ville de Wawa avant d’arriver à Marathon. 

Les températures ont chuté d’un coup, on a eu -8 degrés cette nuit. Dormir dans la voiture commence à devenir compliqué. 

JOUR 21 - Le Parc National de Pukaskwa (189 km)

Ce matin, nous sommes frigorifiés ! Sur la route, en direction du Parc national de Pukaskwa, nous prenons un petit déjeuner bien chaud dans un Tim Hortons. Pas âme qui vive à l’accueil du parc ! C’est une entrée autonome où nous récupérons une carte et débutons la randonnée. 

Le Parc national Pukaskwa est le plus grand Parc national de l’Ontario. Il couvre une superficie de 1 878 kilomètres carrés. Il est célèbre pour ses forêts boréales denses et ses vues époustouflantes du lac Supérieur. On a marché environ 2 h dans ce parc sauvage où nous avons croisé des renards, des poules et un drôle d’oiseau mais pas d’ours car, je n’ai pas cessé de chanter afin de ne pas tomber nez à nez avec un de ces spécimens. C’est vraiment un très beau parc, on passe de la forêt aux plages. 

JOUR 22 - Thunder Bay (326 km)

Un kilomètre en voiture ça use, ça use, … trois heures de route nous attendent encore ce matin. En arrivant à Thunder Bay, on profite d’un arrêt à une station essence Petro Canada pour prendre une douche (15$ pour deux). 

Nous découvrons ensuite les sentiers de Centennial Park qui longent la rivière Current, traversent le parc et mènent aux Trowbridge Falls. Le parc comprend un camp de bûcherons et un musée sur l’exploitation forestière de 1910, des structures de jeu. De nombreux maîtres-chiens viennent promener leurs animaux. Une belle découverte en centre-ville.

JOUR 23 - Hello Kenora (488 km)

On décide de réserver un Airbnb à Calgary pour trois jours afin de planifier correctement notre arrivée à Vancouver. Nous prévoyons 5 heures de route jusqu’à Kenora, dernière ville de l’Ontario avant le Manitoba.

Que fait-on dans la voiture durant toutes ces heures ? On écoute nos tubes préférés. Heureusement, Benjamin avait téléchargé une longue playlist et on a profité de la connexion sans fil d’Amazon Music. La lecture également et un livret de mots mêlés offert à Benjamin pour son anniversaire. Il lui arrive également de regarder un film ou une série. Sérieusement, nous admirons surtout les incroyables paysages qui défilent devant nous. 

JOUR 24 - On découvre une nouvelle province - Le Manitoba (210 km)

A Winnipeg, nous décidons d’explorer les rues à la recherche de la fresque polaire. C’est dans le quartier de Wolseley que nous découvrons la Back Alley Artic, une fantastique série de graffs qui ornent des portes de garage, des clôtures et des trottoirs à l’arrière des maisons. 

Après cette découverte artistique, on se dirige ensuite vers la Cathédrale St Boniface située dans le quartier français de Winnipeg. Elle réunit les ruines d’une basilique de 1905-1908 et d’une petite église datant de 1972. Nous remarquons la symétrie de la façade avant, en deux parties, percée au centre d’une grande rosace vide en retrait de la façade principale. 

JOUR 25 - L'absence du Mont Riding (244 km)

Nous avons prévu de passer la journée au Parc national du Mont Riding. Après une heure de route, comme à Pukaskwa, il n’y a personne à l’accueil car, nous sommes hors saison. 

Rien n’est ouvert ! 80 % des sentiers sont fermés. Celui qui mène aux bisons l’est également. Après un bref tour dans le parc, on rebrousse chemin. Nous sommes déçus d’avoir acheté ce Pass, car il était annoncé une utilisation toute l’année mais, durant une grande partie, les parcs sont vides ou fermés. 

On reprend la route pour se rendre au Minnedosa Bison Park Viewing Area où nous pouvons enfin admirer des bisons. Le soir, on se ose dans les prairies, il n’y a rien autour hormis des champs et des plaines à perte de vue. Petite anecdote, Benjamin a sauvé un petit veau qui était sorti de son enclos. 

JOUR 26 - Régina City (379 km)

Une nuit bien fraîche. Ce matin -4° s’affiche sur le tableau de bord. Ranger les affaires dans ces conditions est super compliqué. On prend la route direction Régina. 

Dehors, il fait super froid, il neige en continu, la voiture patine. Sur la route, des voitures et des camions font des sorties de route. On arrive dans la Saskatchewan au bout de 4 heures. On se pose la question : que fait-on ? Nous sommes censés visiter le Parc national des Prairie demain, mais au vu des chutes de neige, du froid et surtout de nos précédentes expériences dans les parcs, tout risque d’être bloqué. On décide alors de prendre une nuit supplémentaire dans notre Airbnb et d’arriver un jour en avance à Calgary. 

Sur la route, on mettra plus de 4 h pour faire 100 km, la neige tombe sans arrêt, on ne voit presque plus rien. Pour ne pas mourir de froid, nous réservons, à la dernière minute, une chambre dans un motel (87 dollars pour 1 nuit au Skyview). On a bien fait car, le lendemain tout est gelé et une épaisse couche de neige tapisse le sol. 

JOUR 27 - Bonjour l'Alberta, on est à Calgary (540 km)

Départ de l’hôtel vers 11 h. Il neige et il fait froid. Une longue route est prévue aujourd’hui. 5 h pour rejoindre Calgary et récupérer notre Airbnb. Le logement est génial, super bien placé, très moderne et calme, ça fait du bien. On en profite pour commander et regarder une série télévisée bien au chaud. 

JOUR 28 - Journée off

Aujourd’hui c’est grasse matinée, repos. On reste au chaud, on ne fait rien ! 

JOUR 29 - La visite de Calgary

Départ à 8h pour profiter des réductions de parking. En effet, si on arrive avant 9 h, le parking est à 13 $ pour toute la journée. 

Nous entamons une visite éclair de Calgary, la ville blottie au pied des Rocheuses. Nous déambulons dans les rues, traversons le parc, admirons les diverses oeuvres d’art et graffitis. C’est vraiment chouette comme ville. 

JOUR 30 - L'avant dernière ligne droite (689 km)

Il nous reste exactement 12 h de route avant d’arriver à Vancouver. On décide de couper la poire en deux et de rouler 8 h aujourd’hui et le reste demain. Nous sommes fatigués et avons hâte de nous poser. On réserve un petit hôtel pour la nuit. Allez ! Encore une journée en voiture. 

JOUR 31 - Bienvenue à Vancouver (385 km)

Dernier jour de notre road trip, on arrive à Vancouver. Benjamin, émerveillé, découvre les Rocheuses. Perso, je connais pour avoir vécu et voyagé un bon moment à Vancouver en 2016. La ville nous accueille sous la pluie … C’est bizarre ^^ 

Nous récupérons le Airbnb loué du 30 octobre au 3 novembre et enchaînons sur la visite d’un appartement. Notre logement est situé dans la partie nord de Vancouver, il est immense et moderne. 

Les premiers jours seront consacrés à la visite de Stanley Park et à la découverte de la ville. Le 3 novembre, on récupère les clés de l’appartement qu’on à visité en arrivant. 

Bilan du voyage :

  • Nombre de kilomètres au départ : 113 092 
  • Nombre de kilomètres à l’arrivée : 121 432 soit 8340 kilomètres au total
  • Budget essence : 927 $ (11 pleins)
  • Budget logements : 813,32 $

On espère que vous avez appréciez l’article, n’hésitez pas à commenter pour nous raconter votre traversée si vous l’avez vécu, on lira ça avec plaisir. 

BENJAMIN & CLARA

Couple de voyageurs en tour du monde
on te partage nos voyages et conseils

INSTAGRAM
ABONNE TOI
Le PVT

Retrouve les démarches, conditions et informations nécessaires pour obtenir ton PVT/WHV

Nouvelle-Zélande

Canada

ARTICLES SIMILAIRES :

5/5
5 1 vote
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Translate »
Pinterest
fb-share-icon
LinkedIn
Share
Instagram